Archives pour la catégorie Non classé

Clearwater

Clearwater était une destination qui avait deux objectifs pour nous: d’abord profiter de la très belle plage et du soleil. Ambiance détente et sable fin garantie.

L’autre objectif était de découvrir la star de Clearwater: Winter le dauphin. Le Clearwater Marine Aquarium est un centre de sauvetage pour les animaux marins en détresse. On y soigne donc dauphins, requins, raies, hippocampes, loutres, pélicans, tortues… Des présentations des résidents sont faites régulièrement et l’on découvre les raisons qui les ont amenés à être soignés au centre. Lorsque c’est possible ils sont relâchés dans la nature après avoir été soignés. Parfois ce n’est pas possible à cause de l’étendue de leurs blessures ou de l’impossibilité pour eux de se réadapter à la vie sauvage notamment pour se nourrir.

Concernant Winter il est très connu car il est le héros d’une série de film racontant son histoire. Il a été retrouvé échoué sur une plage de Floride la queue coincée dans un panier à crabes. Il a été amené au centre et a perdu le bout de sa queue. Pour qu’il puisse continuer à se déplacer des recherches ont été faites pour lui créer une queue mécanique qui permet de faire sa rééducation. Aujourd’hui il se déplace avec ou sans cette queue, il ne peut pas la garder en permanence. Des programmes sont réalisés avec des personnes handicapées pour lesquelles son histoire est une inspiration. La visite était très intéressante et a beaucoup plu aux enfants.

Daytona

Esteban ayant suivi les aventures de Flash Mc Queen, le héros de « Cars » depuis tout petit l’occasion était belle de découvrir l’un des circuits les plus mythiques du championnat de Nascar, les courses automobiles durant lesquelles les voitures enchaînent les tours de circuit ovale notamment lors des « 500 miles ». La visite du circuit se fait en tramway et l’on passe par la piste, les stands, les zones média.

On se rend également dans les gradins pour avoir une vue d’ensemble du circuit.

La visite se termine par le musée du circuit dans lequel on retrouve des voitures ayant marqué l’histoire de la course automobile (nascar, courses sur les plages, dragsters…) mais aussi de la moto. Des présentations vidéos de grands champions et des objets liés à l’histoire du circuit: trophées, combinaisons, casques…

Nous sommes ensuite allés sur la plage de Daytona Beach sur laquelle on peut rouler en voiture! Avant la création du circuit des courses de nuit (interdites… si on se faisait attraper) s’y déroulaient. Aujourd’hui beaucoup de passionnés de voitures viennent y montrer leurs belles voitures au look très travaillé et aux roues parfois étonnantes car elles s’inclinent vers l’intérieur. Pourquoi? Sans doute pour ne pas avoir de sable sur le reste du pneu. Je n’ai pas trouvé d’autre explication. On a pu rouler quelques miles sur la plage, c’est assez rigolo et à part.

Rencontre avec les lamentins à Crystal River

Un moment tout en douceur et quiétude

La plongée avec les paisibles lamentins était un moment que nous attendions depuis des mois. On plonge dans une eau peu profonde au plus près de ces doux mammifères qui ont besoin d’être protégés car leur milieu est fragile. On peut les approcher en respectant certaines règles: ne pas les toucher, ne pas rester au-dessus d’eux car ils remontent régulièrement à la surface pour respirer, ne pas faire trop de bruit pour ne pas les déranger, ne pas les poursuivre pour qu’ils ne se sentent pas menacés. Quand on respecte ces règles on vit un moment magique plein de calme et de sérénité.

Les seuls bruits que l’on entend sont le clapotis de l’eau, le ruminement des lamentins qui mâchent leurs herbes et le bruit de leur respiration. On a été bien accompagnés avec une guide qui nous emmenait aux bons endroits et malgré la fraîcheur de l’eau on a pu bien profiter du moment grâce aux combinaisons.

On se sent petits face à ces braves animaux qu’on envierait presque dans leur vie tranquille.

Kennedy Space Center

Notre première étape sur la côte Est des Etats-Unis était Orlando. On a résisté à l’appel des très nombreux parcs d’attraction car on a prévu ça à d’autres endroits. Notre première visite aura été à la fois ludique et pédagogique: le Kennedy Space Center. Ce lieu immense est situé à Cape Canaveral, lieu de lancement des fusées de la NASA. Il est donc logique d’y retrouver les fusées historiques de l’agence spatiale américaine.

Le Kennedy Space Center n’est pas un musée, c’est un lieu vivant, les locaux de la NASA s’y trouvent ainsi que les rampes de lancement historiques et actuelles des missions Apollo notamment. L’une des activités intéressantes du lieu est justement de se rendre à proximité, à bord d’un bus, des bâtiments immenses dans lesquels sont assemblées les fusées et leurs lanceurs, à proximité des rampes de lancement et d’en apprendre beaucoup sur comment ces lancements sont programmés. Il est d’ailleurs possible d’assister aux décollages des fusées sur place, des gradins sont situés face aux rampes de lancement.

Les différents programmes de conquête spatiale américains sont présentés dans des présentations interactives: le déroulement d’un décollage dans la salle de contrôle d’Apollo 13, les premiers pas sur la Lune, le développement des navettes Atlantis, capables de rentrer et d’atterrir, un décollage à l’intérieur d’une fusée en 5D… on en apprend beaucoup tout en restant dans un côté très spectaculaire et ludique.

Il y a également une partie exposition où l’on peut toucher une pierre de Lune, voir l’évolution des tenues des cosmonautes, se rendre compte à quel point on est petits face à ces vaisseaux.

On a passé une très belle journée et on n’a même pas réussi à faire toutes les présentations et activités proposées. On est repartis la tête dans les étoiles!

Santa Clara

La ville de Santa nous a donné à voir sa très belle place. La ville est plutôt bien approvisionnée en denrées en tout genre en comparaison de pas mal d’autres endroits où l’on s’est rendus. On s’y sent bien.

Mais ce n’est pas pour ses bâtiments que l’on se rend à Santa Clara. La ville est surtout connue pour être le lieu où les revolucionarios de la colonne menée par le Che Guevara ont réussi un grand coup face à l’armée de Batista qui sera décisif dans leur victoire. Ils ont attaqué un train en le faisant dérailler à l’aide d’un bulldozer et ont récupéré les nombreuses armes qu’il transportait.

C’est le plus grand fait d’armes du Che lors de la révolution et c’est donc ici qu’a été créé son mausolée par le parti révolutionnaire. Le monument est un peu à l’écart de la ville et est assez imposant. Une grande statue du Che en tenue militaire, des citations, la lettre qu’il a envoyée à Fidel quand il a décidé d’aller continuer la lutte dans d’autres pays. Le corps du revolucionario repose sur place (ce n’est pas une certitude car il a été restitué de très nombreuses années après sa mort et était censé avec été caché pour ne jamais être retrouvé par l’armée bolivienne) ainsi que ceux d’autres figures de la révolution.

C’est donc un lieu de pèlerinage pour les fans de cette figure de la révolution.

Trinidad

Ce qui frappe en premier lieu en arrivant à Trinidad ce sont les rues pavées très irrégulières du centre historique: ça secoue! Elles sont restées dans leur jus et donnent un cachet spécial à la vieille ville. A Trinidad il y a de la musique à tous les coins de rue, c’est très animé autour de la place centrale.

On prend plaisir à se balader dans ces vieilles rues escarpées aux beaux bâtiments boutiques et restaurants.

On a pu profiter d’un bon moment musical au « Club amigos del Danzon » où locaus (plutôt agés dans l’ensemble) et touristes se rejoignaient pour se déhancher sur la piste de danse avec un très bon groupe jouant en direct. Les cubains nous offraient des petits cours gratuits, c’était très sympa.

Au final une belle étape de notre séjour cubain dans cette ville à la musique omniprésente.

Cienfuegos

Cienfuegos est une jolie ville portuaire sur la côte sud de Cuba. On y retrouve le Malecon, promenade le long de l’eau, une magnifique place aux bâtiments bien préservés. Beaucoup de belles demeures aux couleurs vives et des rues piétonnes agréables.

La ville a une atmosphère agréable et un peu désuète qui lui donne beaucoup de charme.

On a pu y faire une magnifique plongée (snorkeling pour Marianne et les enfants) dans une eau translucide très riche en coraux et faune. Passage dans des couloirs de coraux, visite d’une épave, vraiment superbe!

Viñales

La route vers Viñales a été notre première longue route avec Michel et sa vieille Chevrolet. Avec son véhicule on ne faisait pas d’excès de vitesse, on peut donc prendre le temps de voir défiler les paysages et les kilomètres. Il y a peu de monde sur les routes car les voitures, même les plus anciennes, sont vraiment hors de prix pour la grande majorité des cubains. On a découvert la ruralité cubaine, beaucoup de charrettes, de personnes se déplaçant à cheval. Pour nous le cheval a été notre moyen de locomotion pour aller découvrir la vallée de Viñales: un paysage magnifique à la terre d’un rouge profond. Ici la terre est encore travaillée par la charrue et les animaux. Les mogotes, butes montagneuses émergent de la plaine et forment une image incroyable.

Nous sommes allés voir le mural de la prehistoria, attraction touristique imaginée par Fidel et qui représente sur une grande paroi une version particulière de la préhistoire mélangeant hommes et dinosaures. Perso j’ai préféré le paysage en face du mural…

Nous sommes allés visiter deux grottes: la cueva del indio et son court parcours aménagé dont l’attraction principale est un petit tour en bateau dans la grotte. Pas vraiment épatant mais rigolo.

Par contre nous avons également visité la cueva de Santo Tomas et là, une vraie découverte: visite seulement éclairée au casque à lampe frontale, une grotte qui n’a pas été dénaturée et qui est dans son jus. L’inconvénient étant que, forcément, niveau sécurité c’est moins rassurant. Moi j’ai adoré, Marianne et Paloma moins. (pas vraiment assurées par certains passages humides glissants. Le lieu est magique, on vit une réelle aventure en petit groupe accompagnés d’un guide expérimenté. un rand moment à mes yeux.

La Havane

La Havane a été le point de départ de notre découverte de Cuba. Pour le séjour nous avons fait confiance à un ami de la famille qui nous a élaboré un programme nous permettant de découvrir l’île dans sa diversité. Manu et Yanet tiennent une « casa particular », logement chez l’habitant autorisé par le régime, à proximité de La Havane et nous y avons passé un excellent séjour.

Avec Manu et Yanet devant leur casa

C’est aussi grâce à Manu et Yanet que nous avons eu contact avec Michel, le frère de Yanet qui conduit un taxi « historico », une vieille Chevrolet magnifique qui nous emmènera découvrir le pays en sa compagnie et fera partie du parfum particulier de notre voyage dans le pays des revolucionarios.

Avec Michel devant sa belle Chevrolet

La Havane pour nous c’est aussi la découverte de la vie cubaine et de la vie de touriste à Cuba. Déjà on a une monnaie pour les touristes, le CUC qui est un peso cubain convertible et qui vaut environ 27 fois plus que le CUP, peso cubain pour les locaux. Dans les rues les plus touristiques de la capitale on a un peu l’impression d’être des portefeuilles ambulants, on est hyper sollicités pour entrer dans les restos, bars, faire les tours en voiture, calèche et autres taxis. Pas très agréable mais on apprendra à faire avec. Dans la Vieille Havane, au patrimoine mondial de l’UNESCO, on trouve de belles rues rénovées, de superbes bâtiments au charme fou et on regarde le « musée de l’automobile à ciel ouvert » que forment toutes les vieilles américaines qui n’ont jamais quitté l’île et servent souvent de taxis pour les touristes.

De nombreux bâtiments qui n’ont pas encore connu la rénovation donnent un peu l’impression de tomber en ruines dans les plus petites rues. Souvent on se demande comment ils étaient du temps de leur splendeur. Il faut savoir que pour la plupart ces grands bâtiments ont été réquisitionnés et donnés à des cubains après que les révolutionnaires aient fait partir les américains ainsi qu’après le départ des cubains qui n’adhéraient pas aux idées révolutionnaires. Souvent plusieurs familles habitent dans des bâtiments qui ont été divisés en plusieurs morceaux et rien n’a été entretenu depuis. Pour les cubains on a pu voir que la vie de tous les jours c’est la débrouille, les petits arrangements, le troc pour essayer d’avoir certaines denrées, certains objets… Il faut être sacrément patient pour espérer avoir ne serait-ce que du savon, faire la queue pour acheter une carte d’une heure d’internet, attendre des heures pour un transport collectif… Pas simple. Pour nous cela se traduisait dans le fait que Michel devait parfois chercher pour trouver une station distribuant du carburant ou un restaurant qui pouvait tout simplement servir. La carte ici, c’est relatif, tout dépend de ce qui est disponible.

On boit du Fiesta Cola ou une bière Cristal en écoutant la salsa cubana et on mange du moro, riz mélangé aux haricots rouges. Sur La Havane nous avons visité le musée de la Révolution qui a été aménagé dans un ancien palais présidentiel. Il fait la part belle au Che Guevara, à Camilo Cienfuegos, à Fidel Castro et aux premiers révolutionnaires. Bien sûr ici on ne présente que les bons côtés de la révolution: répartition des richesses, alphabétisation. On trouve à l’extérieur le bateau qui a permis aux révolutionnaires de débarquer sur l’île, des véhicules ayant servi à la révolution.

On est allés voir un ballet au Gran Teatro de La Habana. Le lieu est superbe et c’est l’un des ballets les plus renommés au monde. On a pu apprécier un programme très varié allant d’un extrait très classique à des danses beaucoup plus modernes.

On est allés voir l’immense place de la révolution sur laquelle se retrouvent plusieurs milliers de cubains lors de certaines cérémonies. On y retrouve un monument à Jose Marti, poète ayant inspiré les révolutionnaires et dont on verra des statues et des bustes très régulièrement lors du voyage. Nous nous sommes aussi rendus à l’hôtel Nacional qui a un charme indéniable. Pour le plus grand plaisir des enfants nous sommes aussi montés dans des « coco taxis » spécialité locale de petites « noix de cocos » qui sont fabriqués autour d’un scooter et qui peuvent transporter 2/3 personnes pour une ballade.

Enfin nous nous sommes rendus à la citadelle pour la pittoresque cérémonie du cañonazo. Les uniformes sont de sortie et l’on rejoue l’époque à laquelle un coup de canon était donné pour signaler aux navires proches de La Havane que les entrées maritimes de la ville étaient fermées. Une cérémonie assez sympa, tout le monde a beau savoir que ça va faire du bruit, on a tous sursauté! L’autre intérêt de s’y rendre est aussi d’avoir une magnifique vue sur La Havane by night.

Ce que l’on a préféré à La Havane c’est se balader dans ses rues au charme suranné en regardant passer les belles américaines. C’est ce qui donne tout son charme à la ville qui fêtait cette année ses 500 ans.

Mexico

Même si les calaveras et autres autels n’étaient jamais bien loin on a fait quelques autres visites et activités à Mexico. Tout d’abord nous avons visité la Torre Latinoamerica qui nous a offert une superbe vue de nuit sur la capitale hors norme qu’est Mexico. La ville n’en finit pas de s’étendre et n’a pas de limites à perte de vue. De nombreuses décorations étaient présentées dans la tour.

Nous avons pris grand plaisir à visiter une exposition extérieure qui rappellera des souvenirs à tous les nordistes qui ont participé à des événements de Lille 3000 Eldorado: les Mexicraneos et les alebrijes étaient en effet à l’honneur lors de cet événement. Nous avons pu en admirer ici des centaines tous plus colorés et originaux les uns que les autres. Les Craneos ont été créés par une société de pompes funèbres (ça ne s’invente pas!) et on eu beaucoup de succès. Ils ont tous la même base et sont décorés à leur guise par de nombreux artistes. C’est très varié et original. Les alebrijes quant à eux représentent des animaux fantastiques qui protègent le défunt pour l’aider à trouver son chemin dans l’infra-monde. Ils sont souvent des mélanges de plusieurs animaux aux couleurs éclatantes.

Nous avons aussi participé à une visite guidée du quartier de San Angel. Arrivés là on n’a plus l’impression d’être dans Mexico mais dans un village plus tranquille qui a conservé les bâtiments de l’époque coloniale ainsi que les rues pavées de l’époque. La ville a été « avalée » par la capitale mais a tout de même réussi à conserver ses spécificités et son cachet qui la rendent très originale par rapport aux autres quartiers de la capitale. De jolis musées s’y trouvent et présentaient bien sûr, vu la période, des expositions autour du dia de muertos.

C’est aussi dans ce quartier que se trouve l’atelier/musée de Diego Rivera et Frida Kahlo. On y retrouve des effets personnels, l’atelier resté en l’état, des photos et objets d’époque, c’est très touchant. Une partie de la maison était l’espace de Diego et, de l’autre côté d’une passerelle se trouvait l’habitation de Frida. Lorsque son corps ne lui permit plus de vivre dans cette maison où les escaliers étaient nombreux elle vécut dans sa maison d’enfance mais Diego continua à travailler dans son atelier.

Enfin un autre musée qui nous a beaucoup plu: le musée d’art populaire de Mexico. Comme son nom l’indique ici il s’agit de l’art accessible à tous et sous toutes ses formes: d’une magnifique coccinelle revêtue de millions de petites perles aux piñatas et autres alebrijes. C’est splendide.

La culture mexicaine nous aura tous frappés en plein cœur et ce sera avec plaisir qu’on y regoûtera sans doute un jour.