Tous les articles par theromons

Une famille de 5 (2 parents, 3 enfants) partis pour la grande aventure: un tour du monde d'une année!

Saint-Pétersbourg

Au bord de la Neva

Nous avons passé trois jours à Saint-Pétersbourg, ville aux très nombreux palais, fondée par le tsar Pierre 1er, en 1703, comme étant sa cité de paradis.

Nous avons pu découvrir les lieux les plus emblématiques de la ville lors d’une visite guidée, et le nombre de palais était vraiment impressionnant! Le plus connu étant le palais de l’Ermitage, qui était le palais d’hiver des tsars, et qui abrite maintenant un immense musée.

Vue du palais depuis la place.

Nous y avons passé quelques heures, sans en avoir pu faire le tour… La collection est immense, car les empereurs, à commencer par Catherine II, étaient de grands collectionneurs d’art; puis, à la révolution de 1917, les collections se sont agrandies avec les saisies chez les riches collectionneurs russes (sur les cartels, il est sobrement stipulé « acquisition depuis une collection privée »).

Les appartements sont incroyablement décorés, les dorures, la vaisselle, le mobilier, on en a vraiment plein les yeux. Un foisonnement de richesses et de raffinement.

Une activité très courue à Saint-Pétersbourg était au programme de notre visite: la promenade commentée en bateau sur la Neva. Pas de chance pour nous, lors de notre ballade nous avons pu goûter à une spécialité de la ville: la pluie! En effet peu après que l’on soit monté sur le bateau nous avons commencé à essuyer une averse qui ne s’est jamais arrêtée. On n’avait donc quasiment pas de visibilité…

Notre vision de la ville depuis le bateau. A éviter les jours de pluie donc!

Les tsars avaient également leur palais d’été, à 30 km, en bord de mer. Le château de Peterhof fait beaucoup penser à Versailles, tout simplement parce que Pierre 1er a voulu le construire pour épater Louis XIV, et faire plus fort que lui…. ce qu’il a pu faire au niveau du jardin et de ses 150 fontaines animées uniquement grâce à la pression naturelle de l’eau.

Un lieu magnifique en bord de mer qui nous a enchantés.

Première étape: Barcelone

Au Camp Nou après la victoire du Barça sur Arsenal lors du Trophée Joan Gamper

Notre tour du monde a démarré par un court séjour sur Barcelone, ville que nous connaissons très bien. En effet la Catalogne était la destination des vacances familiales depuis l’enfance pour moi et, depuis ma première visite de la ville, je me suis toujours senti chez moi à Barcelone. Si nous avons commencé par la capitale catalane c’est parce que je devais participer à l’assemblée générale des Penyes de la zone Monde car je suis depuis 2003 président de la Penya Blaugranor qui réunit les supporters du Barça des Hauts-De-France et qu’un vote lors de l’AG devait valider ma nomination en tant que responsable de la zone « Europe » des Penyes du Barça. Une Penya c’est un groupe de supporters reconnu officiellement par le FC Barcelone et qui peut, à ce titre, solliciter des places pour les matchs du Barça.

L’AG s’est bien passée, ainsi que le vote en ma faveur 😉 Pendant ce temps Marianne et les enfants avaient retrouvé Michèle et Gilbert, qui ont été les nounous des enfants et qui ont tenu à faire partie de notre aventure, pour aller visiter le Park Güell, une des merveilles de la ville. Güell est le nom du commanditaire qui a demandé à l’architecte Antoni Gaudi de créer ce parc grandiose. Longtemps entièrement gratuit la parc a, pour des raisons de conservation et de besoin de rénovation, limité l’accès à sa partie centrale. Il faut donc à présent s’acquitter d’un droit d’entrée pour accéder à l’esplanade et ses fameux bancs décorés de mosaïque avec vue d’ensemble sur Barcelone. Si vous prévoyez une visite il vaut mieux prendre son billet d’avance car il est valable pour un créneau horaire précis. Le lieu a donc perdu son côté ouvert et gratuit mais pas sa beauté et sa magie.

Le soir nous nous sommes tous retrouvés pour le dîner populaire du congrès Mondial des Penyes qui se déroule au pied du Camp Nou. Un grand repas convivial entre supporters du Barça venus des quatre coins de la Terre. A la suite du repas la boutique du stade (1500 mètres carrés de produits blaugranas) était ouverte en exclusivité pour les participants au repas.

Dimanche était encore une journée très teintée de Blaugrana: Congrès Mondial des Penyes pour moi avec discours des dirigeants de la confédération mondiale des penyes, hommages à des figures du monde du Barça, discours des dirigeants du club et présentation des nouvelles recrues pour la saison 2019 – 2020. Puis un repas de gala.

Le reste de l’équipe profitait des nombreuses animations autour du stade lors du Gamper Fest: maquillages, spectacles, concerts, jeux… pas le temps de s’ennuyer!

La journée se terminait par le trophée Joan Gamper, trophée du club qui invite chaque année un adversaire de renom pour ouvrir la saison au Camp Nou et faire la présentation officielle de l’équipe première et du staff technique pour la saison qui va débuter. Cette année c’était un Barça – Arsenal auquel nous avons pu assister parmi plus de 98 000 spectateurs. Victoire 2 buts à 1 sur un but du pistolero Luis Suarez.

Lundi c’est le chef-d’œuvre mondialement admiré et symbole de Barcelone que nous avons visité: la grandiose Sagrada Familia. Dessinée et imaginée par Gaudi, encore lui, à partir de 1883 la cathédrale devrait se terminer en 2026 si tout se passe bien. Il reste encore de nombreux éléments à ajouter mais, quand on la visite régulièrement, on est toujours épaté de l’avancée des travaux et des merveilles qui viennent encore la rendre plus grandiose d’année en année. De nos jours l’intérieur a bien évolué et les vitraux apportent des touches de couleurs féériques. Concernant l’extérieur 3 façades sont complètes dont les fameuses façades de la nativité et de la passion et les plus grandes tours sont en train de monter. Une dernière tour centrale viendra surmonter le tout et changera complètement le ciel de Barcelone.

Une étape Barcelonaise bien remplie de rencontres et de visites qui nous a permis de passer en douceur de chez nous à de futures étapes où l’on se jettera bien plus dans l’inconnu.

Le grand départ

Une dernière photo à la maison avant de la quitter pour une année

Le moment du départ est donc arrivé. Pas forcément le moment le plus simple du voyage.

Même si nous avons essayé de dire au revoir au maximum de monde, pas simple de quitter la famille et les amis pour une année. Que ce soit pour les adultes ou les enfants il y a eu des moments où l’émotion nous a rattrapés et ce n’était pas toujours simple de se quitter.

Cette dernière semaine a été assez intense. Depuis début juillet nous étions complètement tournés vers les derniers préparatifs: derniers achats, derniers vaccins (dont un encore le matin même du départ!), réception de nos visas (un bon stress car nos passeports et visas ne sont arrivés à la maison qu’à la veille du départ), et enfin tenter de faire rentrer nos affaires dans les sacs! Tris définitif (est-ce VRAIMENT indispensable?), comment faire rentrer tout dans un espace restreint? Au final nous nous sommes résolus à prendre quand même une valise à Pénélope alors qu’au départ nous souhaitions qu’elle n’ait qu’un petit sac. Voici nos affaires pour une année:

De gauche à droite: Paloma, Pénélope, Estéban, Tony, Marianne

En gros nous avons des affaires pour affronter tout type de temps car entre les températures du mois d’août à Barcelone et celles de fin décembre à New York il risque d’y avoir de sacrées différences! Les sacs « valises » peuvent à la fois être tirés sur roulettes et, au besoin (sol chaotique, escaliers…) portés sur le dos. Et des habits propres pour une semaine. Donc il faudra régulièrement passer par la case lessive. (machine là où il y en aura, laverie, lavage à la main…)

Le point de départ: l’aéroport de Lille-Lesquin
Michel, Anne-Gaëlle et Stéphane nous ont déposé. Merci les amis 😉

Cette fois c’est la bonne! Ce moment tant attendu est arrivé, c’est l’heure du premier vol. Pas trop compliqué pour cette première étape: un Lille – Barcelone qui nous a permis de dire au revoir également à notre région.

Au revoir à notre ville de Carvin.
Au revoir également à notre cher Stade Bollaert!

Merci pour tous les messages reçus et à très bientôt!

Un tour du monde en famille: Pourquoi?

Marianne et Anthony, à l’aube de la quarantaine. Esteban (10 ans) , Paloma (8 ans) et Pénélope (5 ans) devenus débrouillards et prêts à relever tous les défis. Cela fait 2 ans que l’idée de partir visiter notre planète et vivre des aventures incroyables en famille nous trottait dans la tête. A l’été 2018 il est devenu évident que c’était le bon moment pour sauter le pas. Des parents en pleine forme (ou presque), des enfants de plus en plus autonomes et pas encore lancés dans la course aux diplômes. Etant enseignants tous les deux, en primaire pour Anthony, en maternelle pour Marianne, il paraissait également plus simple de faire classe aux enfants durant cette année tant qu’ils étaient encore dans des niveaux de scolarité bien maîtrisés par leurs parents.

Un moyen de transport peu commun près de chez nous, au Louvre-Lens,: Le Cheval de Troie!

C’était donc la bonne fenêtre de tir! Il restait à obtenir une « mise en disponibilité » d’une année de la part de l’Education Nationale. Demande effectuée en Décembre 2018 et autorisation obtenue en Mars 2019. Le feu vert était donné: parés pour l’aventure!