La Havane

La Havane a été le point de départ de notre découverte de Cuba. Pour le séjour nous avons fait confiance à un ami de la famille qui nous a élaboré un programme nous permettant de découvrir l’île dans sa diversité. Manu et Yanet tiennent une « casa particular », logement chez l’habitant autorisé par le régime, à proximité de La Havane et nous y avons passé un excellent séjour.

Avec Manu et Yanet devant leur casa

C’est aussi grâce à Manu et Yanet que nous avons eu contact avec Michel, le frère de Yanet qui conduit un taxi « historico », une vieille Chevrolet magnifique qui nous emmènera découvrir le pays en sa compagnie et fera partie du parfum particulier de notre voyage dans le pays des revolucionarios.

Avec Michel devant sa belle Chevrolet

La Havane pour nous c’est aussi la découverte de la vie cubaine et de la vie de touriste à Cuba. Déjà on a une monnaie pour les touristes, le CUC qui est un peso cubain convertible et qui vaut environ 27 fois plus que le CUP, peso cubain pour les locaux. Dans les rues les plus touristiques de la capitale on a un peu l’impression d’être des portefeuilles ambulants, on est hyper sollicités pour entrer dans les restos, bars, faire les tours en voiture, calèche et autres taxis. Pas très agréable mais on apprendra à faire avec. Dans la Vieille Havane, au patrimoine mondial de l’UNESCO, on trouve de belles rues rénovées, de superbes bâtiments au charme fou et on regarde le « musée de l’automobile à ciel ouvert » que forment toutes les vieilles américaines qui n’ont jamais quitté l’île et servent souvent de taxis pour les touristes.

De nombreux bâtiments qui n’ont pas encore connu la rénovation donnent un peu l’impression de tomber en ruines dans les plus petites rues. Souvent on se demande comment ils étaient du temps de leur splendeur. Il faut savoir que pour la plupart ces grands bâtiments ont été réquisitionnés et donnés à des cubains après que les révolutionnaires aient fait partir les américains ainsi qu’après le départ des cubains qui n’adhéraient pas aux idées révolutionnaires. Souvent plusieurs familles habitent dans des bâtiments qui ont été divisés en plusieurs morceaux et rien n’a été entretenu depuis. Pour les cubains on a pu voir que la vie de tous les jours c’est la débrouille, les petits arrangements, le troc pour essayer d’avoir certaines denrées, certains objets… Il faut être sacrément patient pour espérer avoir ne serait-ce que du savon, faire la queue pour acheter une carte d’une heure d’internet, attendre des heures pour un transport collectif… Pas simple. Pour nous cela se traduisait dans le fait que Michel devait parfois chercher pour trouver une station distribuant du carburant ou un restaurant qui pouvait tout simplement servir. La carte ici, c’est relatif, tout dépend de ce qui est disponible.

On boit du Fiesta Cola ou une bière Cristal en écoutant la salsa cubana et on mange du moro, riz mélangé aux haricots rouges. Sur La Havane nous avons visité le musée de la Révolution qui a été aménagé dans un ancien palais présidentiel. Il fait la part belle au Che Guevara, à Camilo Cienfuegos, à Fidel Castro et aux premiers révolutionnaires. Bien sûr ici on ne présente que les bons côtés de la révolution: répartition des richesses, alphabétisation. On trouve à l’extérieur le bateau qui a permis aux révolutionnaires de débarquer sur l’île, des véhicules ayant servi à la révolution.

On est allés voir un ballet au Gran Teatro de La Habana. Le lieu est superbe et c’est l’un des ballets les plus renommés au monde. On a pu apprécier un programme très varié allant d’un extrait très classique à des danses beaucoup plus modernes.

On est allés voir l’immense place de la révolution sur laquelle se retrouvent plusieurs milliers de cubains lors de certaines cérémonies. On y retrouve un monument à Jose Marti, poète ayant inspiré les révolutionnaires et dont on verra des statues et des bustes très régulièrement lors du voyage. Nous nous sommes aussi rendus à l’hôtel Nacional qui a un charme indéniable. Pour le plus grand plaisir des enfants nous sommes aussi montés dans des « coco taxis » spécialité locale de petites « noix de cocos » qui sont fabriqués autour d’un scooter et qui peuvent transporter 2/3 personnes pour une ballade.

Enfin nous nous sommes rendus à la citadelle pour la pittoresque cérémonie du cañonazo. Les uniformes sont de sortie et l’on rejoue l’époque à laquelle un coup de canon était donné pour signaler aux navires proches de La Havane que les entrées maritimes de la ville étaient fermées. Une cérémonie assez sympa, tout le monde a beau savoir que ça va faire du bruit, on a tous sursauté! L’autre intérêt de s’y rendre est aussi d’avoir une magnifique vue sur La Havane by night.

Ce que l’on a préféré à La Havane c’est se balader dans ses rues au charme suranné en regardant passer les belles américaines. C’est ce qui donne tout son charme à la ville qui fêtait cette année ses 500 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s