Viñales

La route vers Viñales a été notre première longue route avec Michel et sa vieille Chevrolet. Avec son véhicule on ne faisait pas d’excès de vitesse, on peut donc prendre le temps de voir défiler les paysages et les kilomètres. Il y a peu de monde sur les routes car les voitures, même les plus anciennes, sont vraiment hors de prix pour la grande majorité des cubains. On a découvert la ruralité cubaine, beaucoup de charrettes, de personnes se déplaçant à cheval. Pour nous le cheval a été notre moyen de locomotion pour aller découvrir la vallée de Viñales: un paysage magnifique à la terre d’un rouge profond. Ici la terre est encore travaillée par la charrue et les animaux. Les mogotes, butes montagneuses émergent de la plaine et forment une image incroyable.

Nous sommes allés voir le mural de la prehistoria, attraction touristique imaginée par Fidel et qui représente sur une grande paroi une version particulière de la préhistoire mélangeant hommes et dinosaures. Perso j’ai préféré le paysage en face du mural…

Nous sommes allés visiter deux grottes: la cueva del indio et son court parcours aménagé dont l’attraction principale est un petit tour en bateau dans la grotte. Pas vraiment épatant mais rigolo.

Par contre nous avons également visité la cueva de Santo Tomas et là, une vraie découverte: visite seulement éclairée au casque à lampe frontale, une grotte qui n’a pas été dénaturée et qui est dans son jus. L’inconvénient étant que, forcément, niveau sécurité c’est moins rassurant. Moi j’ai adoré, Marianne et Paloma moins. (pas vraiment assurées par certains passages humides glissants. Le lieu est magique, on vit une réelle aventure en petit groupe accompagnés d’un guide expérimenté. un rand moment à mes yeux.

La Havane

La Havane a été le point de départ de notre découverte de Cuba. Pour le séjour nous avons fait confiance à un ami de la famille qui nous a élaboré un programme nous permettant de découvrir l’île dans sa diversité. Manu et Yanet tiennent une « casa particular », logement chez l’habitant autorisé par le régime, à proximité de La Havane et nous y avons passé un excellent séjour.

Avec Manu et Yanet devant leur casa

C’est aussi grâce à Manu et Yanet que nous avons eu contact avec Michel, le frère de Yanet qui conduit un taxi « historico », une vieille Chevrolet magnifique qui nous emmènera découvrir le pays en sa compagnie et fera partie du parfum particulier de notre voyage dans le pays des revolucionarios.

Avec Michel devant sa belle Chevrolet

La Havane pour nous c’est aussi la découverte de la vie cubaine et de la vie de touriste à Cuba. Déjà on a une monnaie pour les touristes, le CUC qui est un peso cubain convertible et qui vaut environ 27 fois plus que le CUP, peso cubain pour les locaux. Dans les rues les plus touristiques de la capitale on a un peu l’impression d’être des portefeuilles ambulants, on est hyper sollicités pour entrer dans les restos, bars, faire les tours en voiture, calèche et autres taxis. Pas très agréable mais on apprendra à faire avec. Dans la Vieille Havane, au patrimoine mondial de l’UNESCO, on trouve de belles rues rénovées, de superbes bâtiments au charme fou et on regarde le « musée de l’automobile à ciel ouvert » que forment toutes les vieilles américaines qui n’ont jamais quitté l’île et servent souvent de taxis pour les touristes.

De nombreux bâtiments qui n’ont pas encore connu la rénovation donnent un peu l’impression de tomber en ruines dans les plus petites rues. Souvent on se demande comment ils étaient du temps de leur splendeur. Il faut savoir que pour la plupart ces grands bâtiments ont été réquisitionnés et donnés à des cubains après que les révolutionnaires aient fait partir les américains ainsi qu’après le départ des cubains qui n’adhéraient pas aux idées révolutionnaires. Souvent plusieurs familles habitent dans des bâtiments qui ont été divisés en plusieurs morceaux et rien n’a été entretenu depuis. Pour les cubains on a pu voir que la vie de tous les jours c’est la débrouille, les petits arrangements, le troc pour essayer d’avoir certaines denrées, certains objets… Il faut être sacrément patient pour espérer avoir ne serait-ce que du savon, faire la queue pour acheter une carte d’une heure d’internet, attendre des heures pour un transport collectif… Pas simple. Pour nous cela se traduisait dans le fait que Michel devait parfois chercher pour trouver une station distribuant du carburant ou un restaurant qui pouvait tout simplement servir. La carte ici, c’est relatif, tout dépend de ce qui est disponible.

On boit du Fiesta Cola ou une bière Cristal en écoutant la salsa cubana et on mange du moro, riz mélangé aux haricots rouges. Sur La Havane nous avons visité le musée de la Révolution qui a été aménagé dans un ancien palais présidentiel. Il fait la part belle au Che Guevara, à Camilo Cienfuegos, à Fidel Castro et aux premiers révolutionnaires. Bien sûr ici on ne présente que les bons côtés de la révolution: répartition des richesses, alphabétisation. On trouve à l’extérieur le bateau qui a permis aux révolutionnaires de débarquer sur l’île, des véhicules ayant servi à la révolution.

On est allés voir un ballet au Gran Teatro de La Habana. Le lieu est superbe et c’est l’un des ballets les plus renommés au monde. On a pu apprécier un programme très varié allant d’un extrait très classique à des danses beaucoup plus modernes.

On est allés voir l’immense place de la révolution sur laquelle se retrouvent plusieurs milliers de cubains lors de certaines cérémonies. On y retrouve un monument à Jose Marti, poète ayant inspiré les révolutionnaires et dont on verra des statues et des bustes très régulièrement lors du voyage. Nous nous sommes aussi rendus à l’hôtel Nacional qui a un charme indéniable. Pour le plus grand plaisir des enfants nous sommes aussi montés dans des « coco taxis » spécialité locale de petites « noix de cocos » qui sont fabriqués autour d’un scooter et qui peuvent transporter 2/3 personnes pour une ballade.

Enfin nous nous sommes rendus à la citadelle pour la pittoresque cérémonie du cañonazo. Les uniformes sont de sortie et l’on rejoue l’époque à laquelle un coup de canon était donné pour signaler aux navires proches de La Havane que les entrées maritimes de la ville étaient fermées. Une cérémonie assez sympa, tout le monde a beau savoir que ça va faire du bruit, on a tous sursauté! L’autre intérêt de s’y rendre est aussi d’avoir une magnifique vue sur La Havane by night.

Ce que l’on a préféré à La Havane c’est se balader dans ses rues au charme suranné en regardant passer les belles américaines. C’est ce qui donne tout son charme à la ville qui fêtait cette année ses 500 ans.

Mexico

Même si les calaveras et autres autels n’étaient jamais bien loin on a fait quelques autres visites et activités à Mexico. Tout d’abord nous avons visité la Torre Latinoamerica qui nous a offert une superbe vue de nuit sur la capitale hors norme qu’est Mexico. La ville n’en finit pas de s’étendre et n’a pas de limites à perte de vue. De nombreuses décorations étaient présentées dans la tour.

Nous avons pris grand plaisir à visiter une exposition extérieure qui rappellera des souvenirs à tous les nordistes qui ont participé à des événements de Lille 3000 Eldorado: les Mexicraneos et les alebrijes étaient en effet à l’honneur lors de cet événement. Nous avons pu en admirer ici des centaines tous plus colorés et originaux les uns que les autres. Les Craneos ont été créés par une société de pompes funèbres (ça ne s’invente pas!) et on eu beaucoup de succès. Ils ont tous la même base et sont décorés à leur guise par de nombreux artistes. C’est très varié et original. Les alebrijes quant à eux représentent des animaux fantastiques qui protègent le défunt pour l’aider à trouver son chemin dans l’infra-monde. Ils sont souvent des mélanges de plusieurs animaux aux couleurs éclatantes.

Nous avons aussi participé à une visite guidée du quartier de San Angel. Arrivés là on n’a plus l’impression d’être dans Mexico mais dans un village plus tranquille qui a conservé les bâtiments de l’époque coloniale ainsi que les rues pavées de l’époque. La ville a été « avalée » par la capitale mais a tout de même réussi à conserver ses spécificités et son cachet qui la rendent très originale par rapport aux autres quartiers de la capitale. De jolis musées s’y trouvent et présentaient bien sûr, vu la période, des expositions autour du dia de muertos.

C’est aussi dans ce quartier que se trouve l’atelier/musée de Diego Rivera et Frida Kahlo. On y retrouve des effets personnels, l’atelier resté en l’état, des photos et objets d’époque, c’est très touchant. Une partie de la maison était l’espace de Diego et, de l’autre côté d’une passerelle se trouvait l’habitation de Frida. Lorsque son corps ne lui permit plus de vivre dans cette maison où les escaliers étaient nombreux elle vécut dans sa maison d’enfance mais Diego continua à travailler dans son atelier.

Enfin un autre musée qui nous a beaucoup plu: le musée d’art populaire de Mexico. Comme son nom l’indique ici il s’agit de l’art accessible à tous et sous toutes ses formes: d’une magnifique coccinelle revêtue de millions de petites perles aux piñatas et autres alebrijes. C’est splendide.

La culture mexicaine nous aura tous frappés en plein cœur et ce sera avec plaisir qu’on y regoûtera sans doute un jour.

Dia de los muertos

Vivre dia de los muertos était un des grands événements de notre tour du monde. Impossible en effet de vivre cette fête au Mexique une autre année car on est tous de retour à l’école habituellement. Les enfants étant fans du film Disney « Coco » ils étaient tout aussi impatients que nous de découvrir la vraie fête unique au monde qu’est dia de los muertos pour les mexicains. Dans toutes les boutiques, lieux, rues les décorations évoquant la fête étaient nombreuses avec notamment de nombreux autels dédiés aux défunts à observer. Sur le Zocalo (grande place de Mexico) un grand autel national, représentant l’ensemble des régions du pays est dressé.

Nous avions réservé une excursion à Mixquic, une partie du Mexico actuel qui a gardé un côté « village » et une certaine authenticité dans les traditions. On faisait partie d’un groupe accompagné par des guides mexicains. Dans le bus on nous a donné de nombreuses explications sur la fête et toutes les traditions qui l’entourent ainsi que leurs origines. Au programme: visite de l’église, du marché avec dégustation de spécialités (dont le traditionnel « pan de muertos ») et surtout possibilité de pénétrer dans des intérieurs où les personnes acceptent d’accueillir les groupes pour partager leurs traditions. Nous avons donc suivi les chemins de pétales de Cempasuchil qui doivent guider les défunts vers les autels sur lesquels ont été placées leurs photos ainsi que des éléments rappelant leurs passions, boissons et plats préférés. Un moment très touchant.

Nous sommes ensuite allés au cimetière, très animé (un grand podium avec musique et danses faisait un bruit… d’enfer juste à côté) où nous avons allumé des bougies en écoutant la guide nous parler des traditions. On a du mal à imaginer une telle fiesta dans un cimetière chez nous!

Le lendemain, jour du dia de muertos, un moment que l’on attendait avec impatience se produisait à Mexico: le Desfile de dia de muertos! On a bien eu peur qu’il n’ait pas lieu car on s’est pris une averse monumentale pendant de longues minutes et l’heure du début du défilé approchait. Le début a été retardé par l’averse mais heureusement il a pu avoir lieu. Entre une et deux heures de défilé rempli de musiques, danses couleurs et bien sûr calaveras à gogo! Extraordinaire!

Le soir on s’est encore promenés dans cette ambiance hors du commun dans les rues du centre où de très nombreuses personnes sont déguisées pour l’occasion.

Autres activités que l’on a faites en rapport avec le Dia de muertos: on est allés voir un film d’animation mexicain intitulé Dia de muertos très sympa et qui reprenait bien tout ce que l’on avait appris sur le sujet.

On est aussi allés assister à un après-midi de Lucha Libre sur le thème de Dia de Muertos. La lucha c’est du catch à la sauce mexicaine avec des combats entre femmes, avec des luchadors masqués ou non, en solo, en équipes et même entre personnes de petite taille. (si si) On a été pris dans l’ambiance et on s’est bien amusés à voir les « méchants » faire des mauvais coups dans le dos de l’arbitre, le public prendre parti, des cascades vraiment spectaculaires…

Enfin nous avons participé à un cours de cuisine avec dégustation de spécialités liées au dia de muertos et décorations de craneos en chocolat. On peut dire qu’on aura bien découvert cette fête hors du commun (des mortels 😉

Holbox

Il a fallu pas mal rouler pour rejoindre l’île d’Holbox, vendue comme un « paradis ». L’adjectif qui nous vient en premier pour parler de l’île restera « survendue ». En effet même si la plage est effectivement bien jolie et si l’ensemble a du charme les rues étaient rendues impraticables suite à une pluie. D’énormes flaques et de la boue partout, ça fait un drôle de paradis. Ce qui nous a surtout gâché le plaisir aura été de se faire littéralement dévorer par les moustiques les plus voraces qu’on ait jamais connus. C’était insupportable, plus de 100 piqures dans le dos pour Stéphane comme pour moi, loin d’être un plaisir.

Ce n’aura donc pas été la « paradis » promis donc, ce qui était décevant vu la distance qu’il fallait parcourir pour rejoindre l’île. L’activité qui auvera un peu notre séjour sur place a été une sortie pour observer le plancton bioluminescent. On l’a faite sans les enfants car elle démarre à 21h et on passe ensuite un bon moment encore dans l’eau. Ca valait vraiment le coup, un moment assez magique. On a vraiment l’impression de posséder soudain des main magiques qui créent de la lumière dans l’eau. Un moment à part vraiment magnifique.

Tulum

Le troisième site archéologique du Yucatan de notre séjour. Tulum nous faisait rêver depuis longtemps avec ses temples situés au bord de l’eau. C’est effectivement un lieu grandiose. On déambule entre les temples tout en ayant toujours l’œil attiré par les vagues et le bleu de l’océan. Il y a même possibilité de descendre durant la visite sur une petite plage située en contrebas pour aller piquer un tête et revenir terminer sa ballade. On a d’abord découvert le site de façon classique et on en a pris plein les yeux.

Le lendemain nous avons fait une sortie en bateau pour voir le site depuis la côte, découvrir un petit temple qui n’est visible que depuis l’eau puis faire du snorkeling sur une zone très poissonneuse avec de beaux coraux. Vraiment top!

Tulum a été pour moi l’occasion de faire ma première plongée du voyage et c’était une grande première: une plongée en cenote: Le cenote dos ojos. Se retrouver dans ces lieux pour une plongée était vraiment incroyable. Deux plongées au programme avec un guide très sympa et en solo: la top pour moi car c’étaient mes premières plongées en milieu naturel depuis mon baptême à Tahiti 2 ans auparavant. Un grand moment, je n’ai pas vu le temps passer.

Pour Marianne, Stéphane et les enfants au même moment c’était également un moment de découverte d’un cenote mais pour y nager. Un bon moment également.

Tulum nous a laissé un très bon souvenir.

Bacalar

C’est un documentaire visionné il y a quelques mois qui nous avait donné un coup de foudre pour Bacalar, la lagune aux sept couleurs. Le lieu avait l’air superbe et l’ambiance très sympa. Et en effet on n’a pas été déçus. Des eaux d’un bleu incroyable, une eau chaude dans laquelle on entre comme dans un bain… Sur place on a évidemment profité des activités aquatiques: baignade d’abord puis surtout une magnifique ballade en voilier avec deux « capitaines » très sympas qui nous ont emmené en différents points de la lagune dans une ambiance agréable et détendue. Le voilier nous permettait de nous déplacer de façon très tranquille et de descendre pour des moments réguliers de snorkeling.

On a pu profiter du coucher de soleil sur l’eau pour clore cette magnifique sortie. Très beau moment partagé.

Uxmal

Second site Maya de notre séjour au Yucatan Uxmal offre plus de liberté que Chichen Itza. Beaucoup moins fréquenté par de grands groupes le site est plus tranquille. La grande pyramide est superbe et l’on peut ici monter sur certaines structures comme le temple des jaguars. Il faut en avoir envie car la montée et la descente ne sont pas simples mais quelle récompense en haut: une vue splendide qui englobe l’ensemble du site!

Le soir le site est ouvert pour un son et lumière. Souhaitant y assister nous sommes allés au « Choco Story », un parc qui se trouve tout près et qui présente, comme son nom l’indique, l’histoire du chocolat, boisson sacrée des Mayas. Elle servait lors des cérémonies (le cacao était d’ailleurs mélangé au sang des personnes sacrifiées) et les fèves de cacao ont longtemps servi de monnaie. On a pu goûter une version traditionnelle du chocolat, voir quelques animaux et en apprendre plus sur la culture et l’expansion du cacao à travers le monde.

Retour ensuite sur Uxmal pour le son et lumière. Voir le site illuminé de nuit est vraiment superbe. Pour le son et lumière on est restés un peu plus sur notre faim… Les différents temples sont éclairés alternativement et un bande sonore conte des légendes d’événements ayant eu lieu sur le site. Rien de bien passionnant.

Mais voir le site ainsi éclairé suffisait déjà à notre bonheur.

Mérida

Mérida nous a laissé une très belle impression. Beaucoup de personnes très sympathiques nous ont renseigné dans les rues spontanément sur les événements de la ville, les lieux à voir. Vraiment agréable! La ville a un vrai cachet avec ses jolies places et ses belles rues animées. On a aussi pu y apprécier l’art maya dans de splendides boutiques dans lesquelles on aurait pu tout acheter! Dommage que l’on ne puisse pas rapporter de décorations volumineuses dans nos bagages!

Nous sommes allés à proximité visiter la grotte de Loltun. Une visite ludique avec un guide qui partage de nombreuses anecdotes et « légendes » concernant les lieux. Certaines salles de la grotte sont vraiment immenses et donnent le vertige. On trouve aussi de nombreux stalactites et stalagmites ainsi que des colonnes formées par la jonction des deux. Certains étant creuses, elles deviennent « musicales ». Amusant. On trouve également des peintures rupestres très bien conservées. Enfin un très grand cenote sec terminait en beauté la visite.

Valladolid / Chichen Itza

L’étape mexicaine de notre voyage a démarré par la jolie ville de Valladolid. De jolies rues colorées, une très jolie grande place (zocalo) et une église imposante. On est bien entrés de plein pied dans la culture de ce Mexique qui nous plait tant et que nous souhaitions tant retrouver avec Marianne. (le Mexique était le pays de notre voyage de noces 14 ans plus tôt!) Un invité nous a rejoints pour la partie Yucatèque du séjour: notre ami Stéphane. Quel plaisir de se retrouver à l’aéroport et de se dire que l’on va passer de très bons moments ensemble. A Valladolid on croisera une procession qui arrivait à l’église. On a observé une partie de la messe dans un église bondées. Ce jour c’étaient les boulangers qui étaient reçus. Tous les jours durant environ un mois ce sont différentes corporations qui allaient faire leur procession.

En route ensuite pour l’un des plus grands lieux de la culture Maya: Chichen Itza. Nous avons pris une visite guidée en français car évidemment c’est bien plus intéressant pour les enfants de comprendre de quoi l’on parle. Cela leur a permis de comprendre beaucoup d’éléments de la culture Maya. Les lieux ont été superbement rénovés avec un jeu de pelote gigantesque vraiment impressionnant et la pyramide de Kukulcan face à laquelle on se sent tout petit. Le guide nous a bien expliqué l’importance de la religion, des croyances et de l’astronomie chez les mayas.

Le site est vraiment immense, dommage qu’on ne puisse en avoir une vue d’ensemble.